Réseau International Ambiances | International Ambiances Network 

Nouvelles du Réseau | Network News

  From Team Members



id = "FBMainForm_1166755" action="/news.html" method = "post" onsubmit = "return false" >
News Rechercher  

 
Publication: Critique of Aesthetic Capitalism - New series “Atmospheric Spaces”
par International Ambiances Network on 


Gernot Boehme, Critique of Aesthetic Capitalism
Mimesis International, Milan-Udine 2017 - 108 p. Series “Atmospheric Spaces”
ISBN: 978-88-6977-029-6

Aesthetic Economy is a theory of the recent development of capitalism in our national economies. Basic needs are easily satisfied and, as a result, most commodities are no longer intended for consumption, but for the staging of our lives. That is, they are used to produce atmospheres.
Applications of the theory are found wherever staging is performed: in commodity aesthetics, in marketing, as well as in the sphere of production. As to technology, we find a turn from useful to joyful technology. And the technology of entertainment has become a huge part of the general economy. Similarly, a further horizon of Aesthetic Economy is to be seen in the aestheticization of politics, the staging of sporting events and the management of culture.

Gernot Böhme (born 1937) studied mathematics, physics, and philosophy at Göttingen and Hamburg, and completed a PhD in 1965 at Hamburg University. As a research scientist, he worked at the Max-Planck-Institute with Carl Friedrich von Weizsäcker and Jürgen Habermas. From 1977 to 2002, he was Professor of Philosophy at Technical University of Darmstadt and, from 1997 to 2001, he was Speaker of the Graduate School Technification and Society. Today, he is Director of the Institute for Practicing Philosophy, IPPh, and Chair of the Goethe-Association/Darmstadt.

This is the first book of the new series “Atmospheric Spaces”. This series is the editorial outcome of the site of the same name (“Atmospheric Spaces”) directed by Tonino Griffero.



[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Publication: Toward an Anthropology of Ambient Sound
par International Ambiances Network on 

Toward an Anthropology of Ambient Sound


Edited by Christine Guillebaud

Routledge, London, 2017, 240 p. - Routledge studies in Anthropology

 



This volume approaches the issue of ambient sound through the ethnographic exploration of different cultural contexts including Italy, India, Egypt, France, Ethiopia, Scotland, Spain, Portugal, and Japan. It examines social, religious, and aesthetic conceptions of sound environments, what types of action or agency are attributed to them, and what bodies of knowledge exist concerning them. Contributors shed new light on these sensory environments by focusing not only on their form and internal dynamics, but also on their wider social and cultural environment.


The multimedia documents of this volume may be consulted at the address: http://milson.fr/routledge_media

 

Table of contents


Introduction Multiple Listenings. Anthropology of Sound Worlds - Christine Guillebaud

 

Part 1: Listening into Others


1. Noising the City: Revealing Neapolitan « Soundciabilities » in Pyrotechnical Practices - Olivier Féraud

2. Sounds of Hell and Sounds of Eden: Sonic Worlds in Ethiopia in the Catholic Missionary Context, 17th-18th Centuries - Anne Damon-Guillot

3. An « Obscene » Calling: Emotionality in/of Marginalized Spaces. A Listening of/into ‘Abusive’ Women in Govindpuri (Delhi) - Tripta Chandola

 

Part 2: Sound Displays and Social Effects


4. Standing out from the Crowd. Vocal and Sound Techniques for Catching People’s Attention in an Indian Bus Stand - Christine Guillebaud

5. Melodic Refrains in Japanese Train Stations: The Management of Passenger Behavior through the use of Electric Bells - Pierre Manea

 

Part 3: Sound Identity and Locality


6. Acoustic Communities Represented: Sound Preferences in the Scottish Village of Dollar - Heikki Uimonen

7. Mics in the Ears: How to Ask People in Cairo to Talk about their Sound Universes - Vincent Battesti

8. Mapping out the Sounds of Urban Transformation: The Renewal of Lisbon’s Mouraria Quarter - Iñigo Sánchez

9. Listening to the city. The Sonorities of Urban Growth in Barcelona - Claire Guiu

 

Part 4: Sound Arts and Anthropology


10. Not just Tones, Noises Too! On Sound Poetry - Jean-Charles Depaule

11. Tribute to a Footbridge: Contact Dance and Sound Spaces Improvisations in Choisy-Le-Roi - Vincent Rioux


Afterword The Sonic Attunement of Social Life - Jean-Paul Thibaud



[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

The Body, the Mind and the City
par International Ambiances Network on 


Symposium series: The Body, the Mind and the City

Between the 7th of June and the 5th of July, 2017, POST-OFFICE, Delftsestraat 9, Rotterdam



Healing Places has the pleasure to invite you to The Body, the Mind and the City, a series of 5 symposiums that will take place between June and July 2017 at Post-Office. Together with spatial designers, scientists, tech developers, artists and designers, we will explore the relationship between the human body and physical space. These transdisciplinary discussions will also investigate how space design and technology can affect our physiological and psychological condition, change our sensory perception and behaviors.  

Program

#1 SKIN - 7 June, 2017
How could we develop haptic and interactive space design to create a more direct sensory experience for users?
With Ten Vonk and Myrto Karanika

#2 MOVEMENT - 14 June, 2017
How can we integrate physical needs and  use active design in order to improve urban health? How do we move through urban spaces? How our physical conditions (age, disability, exercise) can influence the way we move and perceive space?
With Andres Carretero and Valerio Signorelli

#3 PURIFICATION - 21 June, 2017
What exactly is an healthy  environment or an healthy body? To which extent can we use spatial design to purify/control/enhance our body and mind?

#4 AUGMENTED - 28 June, 2017
Between utopia and reality, how does technology shape bodies and space?Could imagine and design adaptive and sensory urban environment using a variety of technological systems? How would it impact our health and perception?
With Nimish Biloria and Alwin de Rooij

#5 TRAUMA - 05 July, 2017
How do traumatic, dementia or other type of mental illness change the perception of space and human behavior?How can we develop spaces whose physical characteristics could help people heal, recover?
With Sophie Gleizes

[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

Quasi-Things. The Paradigm of Atmospheres
par International Ambiances Network on 


Tonino Griffero new book - Quasi-Things. The Paradigm of Atmospheres

In this book, Tonino Griffero introduces and analyzes an ontological category he terms “quasi-things.” These do not exist fully in the traditional sense as substances or events, yet they powerfully act on us and on our states of mind. He offers an original approach to the study of emotions, regarding them not as inner states of the subject, but as atmospheres, that is as powers poured out into the lived space we inhabit. Griffero first outlines the general and atmospheric characters of quasi-things, and then considers examples such as pain, shame, the gaze, and twilight—which he argues is responsible for penetrating and suggestive moods precisely because of its vagueness. With frequent examples from literature and everyday life, Quasi-Things provides an accessible aesthetic and phenomenological account of feelings based on the paradigm of atmospheres.

  • “The task of modern phenomenology is to dissolve, with the help of corrections and additions, the contrasts solidified in the bath of involuntary vital experience, thus opening up new horizons of questioning and understanding. Tonino Griffero accomplishes this task by carefully ploughing the field of quasi-things, which I inaugurated. This is why the book is worthy of great attention.” — Hermann Schmitz, University of Kiel

  • “This volume is a significant contribution to the expanding literature on atmospheres. Most importantly, the book lays the groundwork for … the study of quasi-things.” — David Seamon, editor of Environmental and Architectural Phenomenology

  • “Griffero has written a phenomenological exploration of the pre-reflective dimensions of experience in the form of a pathetic aesthetics … This book, rich in originality and insight, illuminates an important new direction in the study of pre-reflective experience.” — Arnold Berleant, founding editor of Contemporary Aesthetics

Tonino Griffero is Full Professor of Aesthetics at the University of Rome Tor Vergata and the author of many books, including Atmospheres: Aesthetics of Emotional Spaces, translated by Sarah De Sanctis.

Sarah De Sanctis is General Manager of the UK branch of Labont (Laboratory for Ontology). She is the translator of Manifesto of New Realism, by Maurizio Ferraris, also published by SUNY Press.


[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

CFP - Entre controverses environnementales et projets d’aménagement : le paysage à l’épreuve des sens
par International Ambiances Network on 

Appel à soumission de textes pour [VertigO] - la revue électronique en sciences de l'environnement

Entre controverses environnementales et projets d’aménagement : le paysage à l’épreuve des sens

Dans les années 1990, quand le paysage fait son retour dans le champ de la pratique aménagiste, à titre d’« alternative » (Marot, 1995) à certaines dérives de l’urbanisme moderne, la question du sensible est un champ émergent des sciences sociales, qu’elles soient de l’environnement ou de l’aménagement. On commence alors à questionner les « ambiances » ou les « atmosphères » (cf. travaux du CRESSON à Grenoble, réseau international Ambiances). On cherche à comprendre ce qui détermine les qualités d’un lieu. On souhaite identifier des déterminants de l’attachement à un espace donné, réinterprétant les découvertes, déjà anciennes, des approches phénoménologiques de l’espace (on pense ici à la humanistic geography des années 1970). On s’intéressera bientôt aux affects « pour penser et concevoir la ville » (Bochet, 2008 : 253).

Les savoirs et pratiques de l’aménagement s’apprêtent en effet à prendre un « tournant esthétique ». Celui-ci pourrait être défini comme une propension à penser les pratiques sociales à partir d’un référentiel esthétique, qui, mobilisant les champs de la perception et des sens, s’attache à comprendre la qualité des lieux du monde. La question d’une humanité sensible en prise avec le monde devient une question centrale de la production des territoires.

La thématique n’est pas neuve. Au XVIIIe siècle déjà, dans le champ de l’art des jardins, le goût des lacis des jardins paysagers se substitue à la mode des géométries des jardins à la française. Le nouvel art d’aménager les jardins doit alors amener le visiteur à découvrir successivement différentes vues, divers éclairages qui constituent autant de manières de stimuler son imagination, de faire advenir des idées (Baridon, 1998). C’est au moyen de son appareil sensible que l’être humain pense et peut formuler des idées ; le rôle de l’aménagement de l’espace est d’activer l’appareil perceptif de manière à favoriser un jeu des sensations propres à favoriser l’émergence d’idées générales par la médiation du jugement et de la mémoire (Matthey, 2007 : 158-159).

Très tôt, donc – dans son histoire principalement occidentale (Cauquelin, 1989), tant il est lié à l’invention de schèmes artistiques et cognitifs européocentrés (Baxendall, 1972 ; Roger, 1997) –, le paysage s’enrichit de nouvelles dimensions sensibles, s’émancipant du primat classique du visuel pour se faire multisensoriel : visuel certes, mais aussi sonore (Geisler, 2012), olfactif (Grésillon, 2010), tactile avant que l’on ne parle de son goût. L’expérience paysagère est celle d’une totalité sensible qui englobe l’être dans le monde (Besse, 2009). Cette expérience est toutefois fortement influencée par un contexte historique, une culture, une position dans l’espace social, des moments du parcours de vie… Elle est également troublée par la variation des matérialités du paysage (paysage rural, paysage des infrastructures…), sa texture (paysage végétal, construit, hydrologique), sa structure (géomorphologique, anthropologique…) et par les modalités de déplacement du corps dans l’espace. Cette expérience est enfin un outil d’aménagement de l’espace. Elle permettrait en effet d’approcher l’esprit du lieu, d’entrevoir les « intouchables » qui fondent son identité. Privilégier une approche sensible, polysensorielle des lieux d’une intervention participerait ainsi, sinon d’une science, du moins d’un art de l’intervention sensible au milieu — à plus forte raison que l’expérience paysagère investit aujourd’hui plus largement les paysages de l’ordinaire et du quotidien (Bigando, 2008).

C’est ce paysage multisensoriel que souhaite appréhender ce numéro de VertigO — la revue électronique en sciences de l’environnement. Pour ce faire, on empruntera trois focales.

  1. La première s’intéresse à ce que l’on pourrait appeler les sensibilités paysagères. On s’attachera ici à mieux saisir les dimensions esthétiques des controverses paysagères, en focalisant sur les régimes sensoriels des mobilisations citoyennes. De la densification d’une zone de villas à l’implantation des grandes infrastructures de transports, en passant par l’installation d’éoliennes, le paysage a en effet cette capacité de rendre sensible des transformations sociétales qui impactent le cadre de vie. Lieu de manifestation et d’aperception de « ce qui change », le paysage sensible est un puissant vecteur de mobilisation. Comment les dimensions sensibles du paysage sont-elles mobilisées par les acteurs de ces controverses ? Comment les interventions sur le corps des paysages ordinaires (Dewarrat et al., 2003) viennent-elles bouleverser l’écologie sensorielle des collectifs habitants ?
  2. La deuxième s’attache aux méthodologies du sensible (Manola, 2013). Il s’agira d’interroger les dispositifs méthodologiques les plus aptes à rendre compte de la multiplicité des rapports sensibles au paysage et des valeurs qui lui sont attribuées. Comment dévoiler les mécanismes qui régissent l’attachement à un paysage (Thibaud, 2015) ? Comment révéler les liens entre les pratiques quotidiennes et les réalités affectuelles d’un paysage ? Quelle place donner aux entretiens, aux processus délibératifs (forums, focus groups, etc.), aux parcours commentés, augmentés (Feildel et al., 2016), aux techniques de représentation issues à la fois des sciences humaines et sociales et de la conception spatiale (cartes mentales, cartes sensibles, cartes dynamiques, blocs-diagrammes, transects…), etc. afin de mettre en langage et en forme tant les expériences sensibles du rapport au paysage que les significations qu’on lui prête ? Quelles sont les difficultés persistantes d’une opérationnalisation du sensible (réticences liées à l’expression de l’intime, faiblesses lexicales, indicibilité de l'expérience sensorielle, souvent inconsciente, etc.) ? Comment explorer les rapports multisensoriels au paysage en articulant les échelles individuelles et collectives ? Comment anticiper les rapports sensibles à des paysages non encore existants (Morello et Piga, 2015) ?
  3. La troisième focale s’intéresse à l’espace sensible considéré comme outil et objet de l’aménagement. Depuis quelques années en effet, et notamment en lien avec une considération croissante de la parole et du vécu habitants, les approches visant à fonder le sensible comme levier des projets d’aménagement du territoire connaissent un succès croissant. Ces approches, développées de plus en plus dans les formations des concepteurs spatiaux, se fondent sur le postulat voulant que l’expérience — individuelle ou collective —, les données sensibles issues du paysage sensoriel, soient à l’origine d’un diagnostic plus fin des sites de projet. S’intéresser aux sens ferait émerger une ontologie des lieux que les seuls relevés de leurs caractéristiques ne pourraient saisir. Cette volonté de laisser parler les lieux pour faire projet s’inscrit dans une posture aménagiste qui se revendique d’une éthique de l’inversion paysagère (Cogato, 2005), propre à fonder une « architecture des milieux » (pour reprendre une expression chère à Chris Younès, 2010), en ce sens qu’elle participerait d’une pensée de l’environnement. Mais elle est aussi susceptible de cacher d’autres enjeux, plus politiques. Le travail sur le sensible participe en effet parfois à une entreprise de déstabilisation des cadres aprioriques d’organisation de la ville collective. Il peut par exemple rendre plus flou, plus poreux le périmètre d’un quartier (Matthey, 2015). Il peut bouleverser des images plus quantitatives. Cette focale s’intéressera donc à comprendre comment le recours au sensible travaille les dynamiques des projets d’aménagement, pour le meilleur ou le pire de leurs destinataires.

Nature des propositions et calendrier

Les propositions peuvent émaner de chercheurs et de praticiens, avec naturellement la possibilité de textes cosignés. Ils croiseront en tous les cas un axe de réflexion privilégié (analyse des situations d’in/acceptabilité, généalogie, dispositifs, usages savants) avec l’un et/ou l’autre des mondes de la pratique identifiés.

Échéancier

  • 15 mai 2017 : date limite pour l’envoi d’une proposition d’un maximum de 600 mots comprenant, outre le titre provisoire et 5 mots-clés, la mention d’un référentiel théorique, l’esquisse d’une problématique, l’explicitation d’un cadre méthodologique et d’un terrain et enfin l’évocation des résultats (escomptés) ;
  • 15 juin 2017 : avis aux auteurs quant à l’acceptation ou refus de leur proposition ;
  • 1er septembre 2017 : date limite pour l’envoi d’un texte complet respectant les conditions éditoriales précisées sur le site de la revue à l’adresse suivante : http://vertigo.revues.org ; évaluation du texte par un comité de lecture — réponse définitive de la revue en novembre et décembre 2018 avec grille d’évaluation des évaluateurs ;
  • Janvier et février 2018 : réception des textes révisés ;
  • Mai 2018 : mise en ligne du numéro.

Sauf pour les dates du 15 mai et du 1er septembre, l’échéancier est fourni à titre indicatif.

Soumission des propositions

Les propositions et manuscrits (avec résumé, texte complet, figures, tables et bibliographie) doivent être soumis par courrier électronique à Jessica Onitsoa Andriamasinoro (rédactrice-adjointe [VertigO]) l’adresse courriel suivante : redacteur.adjoint@editionsvertigo.org. La soumission doit être bien identifiée au nom du dossier : « Entre controverses environnementales et projets d’aménagement : le paysage à l’épreuve des sens ».

Pour soumettre un texte, prière de consulter les politiques de publication de la revue disponibles à l’adresse suivante : https://vertigo.revues.org/5401

Lors de la soumission, les auteurs doivent fournir leur nom et les coordonnées de trois réviseurs potentiels pour leur article. La revue se réserve le droit de choisir ou non les réviseurs proposés.

Vous pouvez aussi nous faire parvenir en tout temps des propositions de textes pour les différentes sections de la revue. La revue accepte la soumission de textes scientifiques en tout temps.

Coordination du numéro

  • Vincent Battesti (Centre national de la recherche scientifique, UMR 7206)
  • Élise Geisler (Agrocampus Ouest, UMR ESO)
  • Christophe Mager (Université de Lausanne)
  • Laurent Matthey (Université de Genève)
  • Éric Duchemin ([VertigO]/Université du Québec à Montréal, Canada)

Bibliographie

Baridon, M., 1998, Les jardins : paysagistes, jardiniers, poètes, Paris, Bouquins, 1233 p.

Baxendall, M., 1972 [1981], L’œil du Quattrocento, Actes de la recherche en sciences sociales, 40, pp. 10-49.

Besse, J.-M., 2009, Le goût du monde : exercices de paysage, Arles, Actes Sud, 227 p.

Bigando, E., 2008, Le paysage ordinaire, porteur d'une identité habitante. Pour penser autrement la relation des habitants au paysage, Projets de paysage, [En ligne] URL : http://www.projetsdepaysage.fr/le_paysage_ordinaire_porteur_d_une_identite_habitante, Consulté le 8 février 2017.

Bochet, B., 2008, Les affects au cœur des préoccupations urbaines et urbanistiques : la réintroduction du sensible pour penser et concevoir la ville, Geographica Helvetica, 63, 4, pp. 253-261. DOI : 10.5194/gh-63-253-2008

Cogato-Lanza, E., 2005, Le territoire inversé. In Versteegh, P., Méandres. Penser le paysage urbain, Lausanne, PPUR, pp. 117-141.

Cauquelin, A., 1989 [2000], L´invention du paysage, Paris, PUF, 181 p.

Dewarrat, J.-P., R. Quincerot, M. Weil et B. Woeffray, 2003, Paysages ordinaires. De la protection au projet, Sprimont, Pierre Mardaga, 95 p.

Feildel, B., É. Olmedo, F. Troin, S. Depeau, M. Poisson, N. Audas et K. Duplan, 2016, Parcours augmentés, une expérience sensible entre arts et sciences sociales, Carnets de géographie, 9, [En ligne] URL : http://cdg.revues.org/721. Consulté le 8 février 2017. DOI : 10.4000/cdg.721

Geisler, E., 2012, Le paysage, un moyen de (re)qualifier et de cartographier l’environnement sonore, Sonorités, 7, pp. 145-159

Grésillon, L., 2010, Sentir Paris. Bien-être et matérialité des lieux, Versailles, Quae Éditions, 192 p.

Marot, S., 1995 [2010], L’art de la mémoire, le territoire et l’architecture, Paris, Éditions de la Villette, 142 p.

Manola, T., 2013, Rapports multisensoriels des habitants à leurs territoires de vie. Retours critiques sur une démarche méthodologique, Norois, 227, 2, pp. 25‑42. DOI : 10.4000/norois.4649

Matthey, L., 2015, ‘Political sensitivity’. Subjective feedback on the unexpected effects of an urban planning study, Articulo - Journal of Urban Research, [En ligne] URL : http://articulo.revues.org/2861. Consulté le 30 janvier 2017.

Matthey, L., 2007, Le quotidien des systèmes territoriaux : lecture d’une pratique habitante. Généalogie et description herméneutique des modalités de l’habiter en environnement urbain, Berne, Peter Lang, 446 p.

Morello, E. et B.E.A. Piga, 2015, Experiential simulation in architecture and urban space, Ambiances.Environnement sensible, architecture et espace urbain, [En ligne] URL : http://ambiances.revues.org/671. Consulté le 30 janvier 2017.

Roger, A., 1997, Court traité du paysage, Paris, Gallimard, 199 p.

Thibaud, J.-P., 2015, En quête d’ambiances : éprouver la ville en passant, Genève, Métispresses, 328 p.

Younès, C. et B. Goetz, 2010, Mille milieux. Éléments pour une introduction à l’architecture des milieux, Le Portique. Revue de philosophie et de sciences humaines, 25, [En ligne] URL : http://leportique.revues.org/2471. Consulté le 30 janvier 2017.



[ ] Comments     Lien Permanent     Ajouter Commentaire

 
Flux RSS